Faq

FAQ

Le fait de suivre une formation durant ton stage d’insertion professionnelle peut avoir des conséquences sur le bon déroulement du stage. C’est pourquoi il est toujours préférable de t’informer préalablement auprès de ton organisme de paiement ou auprès du bureau du chômage.

  • Ton stage d’insertion ne débutera pas :
    • Si tu souhaites (re)présenter un examen ou si tu dois encore finaliser ton travail de fin d’études.
  • Certaines journées ne sont pas prises en compte dans ton stage d’insertion :
  • Les vacances scolaires qui se déroulent lors de tes études (pendant l’année ou vacances d’été).
  • Si tu reprends des études de plein exercice ou des études supérieures d’au moins 27 crédits.
    • Le stage d’insertion professionnelle déjà accompli est même invalidé !

Attention ! Cela ne s’applique pas si tu reprends des études de promotion sociale. Dans ce cas, le stage est seulement allongé du nombre de journées occupées par les études en promotion sociale.

  • La période durant laquelle tu suis une formation de longue durée.
    • Néanmoins, le stage d’insertion professionnelle déjà accompli reste valable.
  • Par contre, certaines journées sont prises en compte dans ton stage d’insertion professionnelle :
    • Les jours de formation professionnelle dans le cadre d’un contrat signé avec le Forem, Actiris, l’ADG ou le VDAB;
    • La période durant laquelle tu suis une formation courte ou non intensive. C’est le cas également si tu reprends des études de plein exercice de moins de 27 crédits par an. Tu dois cependant rester inscrit comme demandeur d’emploi et être disponible pour le marché de l’emploi. Cela signifie que tu dois continuer à rechercher activement du travail et que tu dois donner suite à toute demande des services de l’emploi. 
    • La période durant laquelle tu suis un stage ou une formation à l’étranger pour autant que ce stage ou cette formation soit accepté par le directeur du bureau de chômage.  Tu peux demander l’autorisation du directeur au moyen du formulaire C36.5 (disponible auprès de l’organisme de paiement).

Une question ?

Oui, si tu remplis les conditions suivantes :

  1. Tu rentres dans les conditions nécessaires pour un job étudiant en Belgique (minimum 15 ans en n’étant plus soumis à l’obligation scolaire à temps plein)
  2. Si tu as l’âge minimum requis selon la législation du pays choisi pour être autorisé à travailler comme étudiant(e). Ton projet aura plus de chances d’aboutir si tu es âgé de 18 ans minimum.

Pense à t’y prendre assez tôt pour pouvoir t’informer sur ta destination, te préparer et te donner le temps de régler toutes les formalités administratives nécessaires avec les délais que cela implique (visa, passeport, permis de travail, vaccin, niveau de langue, etc.). Cette contrainte de temps est plus importante si tu pars en dehors de l’Espace Économique Européen.

Avoir un job étudiant à l’étranger n’aura en principe pas d’impact sur ton quota d'heures en Belgique. Veille toutefois à t’informer sur le montant maximal que tu peux gagner sans devoir payer d’impôts et à ne pas dépasser  les 240 heures de travail par trimestre pour garder tes allocations familiales.

Une question ?

Oui. Pour les pays de l’Espace Economique Européen, tu seras soumis(e) à la législation du pays dans lequel tu exerces le job étudiant. Toutefois, les jours prestés à l’étranger n’auront pas d’incidence sur ton quota de 475 heures en Belgique.

Si tu souhaites davantage d’informations sur les législations des différents pays de l’E.E.E., tu peux te rendre sur les sites suivants :

Une question ?

Pour obtenir une bourse, tu devras t’y prendre plusieurs mois à l’avance. Veille notamment aux dates de dépôts de dossiers pour les différents programmes et surtout, prouve ta motivation via un projet “ béton ” pour être sélectionné(e) et pour pouvoir bénéficier d’une bourse. Plusieurs possibilités :

Le Bureau International Jeunesse (BIJ): Le BIJ octroie des bourses aux jeunes qui résident à Bruxelles ou en Wallonie et qui désirent améliorer leurs compétences linguistiques ou faire un stage professionnel à l’étranger à travers ses programmes Bel-J, Tremplin Langues, Tremplin Job, Québec ou encore Eurodyssée. Le montant des bourses varie selon les programmes : plus d’infos sur le site www.lebij.be.

Le Forem: Les programmes du Forem permettent aux jeunes demandeurs d’emploi d’effectuer un stage dans une entreprise en Flandre, en communauté germanophone, en Irlande, à Malte et dans les pays émergents dits “ BRIC ” (Brésil, Russie, Inde, Chine). L’immersion linguistique en école de langues, en Belgique ou à l’étranger est également une formule proposée par le Forem. Tu peux retrouver toutes les informations sur www.leforem.be.

Explort (AWEX): Le programme EXPLORT, développé en partenariat avec le Centre de Compétence – Forem Management & Commerce, propose à des demandeurs d’emploi ou des étudiants une formation et un stage en commerce international. En pratique, le stagiaire réalisera une mission commerciale à l’étranger (tout pays) au bénéfice d’une entreprise wallonne. Plus d’information sur www.explort.be.

L’Agence Francophone pour l’Education et la Formation tout au long de la vie (AEF-Europe): Grâce au programme Erasmus+, tu peux bénéficier d’une bourse pour réaliser un stage professionnel en Europe. Le départ s’effectue via un organisme intermédiaire comme l’institution scolaire à laquelle tu es inscrit(e), ou bien via un organisme partenaire tel le Forem ou Actiris. Découvre les conditions sur le site d’AEF-Europe qui gère le volet Education/Formation du programme en Fédération Wallonie-Bruxelles : www.aef-europe.be.

Le Programme International d’Echanges de Stages (AIESEC): Si tu es fraîchement diplômé(e) en sciences éco ou commerciales et membre de l’AIESEC, ce programme t’offre la possibilité de faire un stage rémunéré (sous conditions) dans les 4 secteurs suivants : le management, le développement, les technologies ou l’éducation.

Wallonie-Bruxelles-International (WBI): Le WBI accorde des bourses aux jeunes diplômés qui veulent réaliser un stage dans une institution internationale, se spécialiser, effectuer des recherches etc. Des bourses pour les jeunes créateurs d’entreprise ou des postes d’enseignement sont également disponibles. L’ensemble des possibilités est détaillé dans le guide “ Etudier ou enseigner à l’étranger ” téléchargeable sur www.wbi.be.

Une question ?

Il s’agit de travailler bénévolement en collaboration avec une association locale afin de l’aider à développer un projet à caractère social, culturel, environnemental, etc.

Concrètement, c’est effectuer des travaux très variés : restauration de locaux, animations pour des enfants, travaux de protection de l’environnement, encadrement de personnes handicapées, réalisation de spectacles, etc. Après le travail, il est toujours possible de passer son temps libre à visiter et découvrir le pays.

Attention, ces voyages ne sont pas automatiquement bon marché. Tu dois parfois payer une cotisation annuelle et des frais d’inscription à l’organisation, prendre en charge les frais de transport, le logement, la nourriture, etc. Enfin, l’assurance n’est pas toujours prévue dans l’inscription.

Une question ?

Oui, si tu as un projet bien défini à l’étranger et la possibilité de le mettre en œuvre. Pour cela, pose-toi les bonnes questions : pourquoi veux-tu partir à l’étranger ? Quelles sont tes attentes et tes motivations ? Comment cela se passe-t-il au niveau de ton travail actuel ? As-tu des possibilités de pause carrière ou souhaites-tu mettre fin à ton contrat en cours ?

La pause carrière est un droit légal qui te permet d’interrompre partiellement ou totalement ton activité professionnelle tout en conservant ta place dans l’entreprise. Tu souhaites te lancer dans un voyage (tour du monde, voyage humanitaire, etc.), un projet personnel (formation, etc.) alors que tu travailles ? C’est possible si tu travailles dans le secteur privé : dans ce cas tu peux bénéficier du régime du crédit-temps. Si tu travailles dans le secteur public, tu peux bénéficier du système d’interruption de carrière.

Une question ?

En principe, il faut être âgé de 18 ans au moins pour réaliser un chantier international mais, exceptionnellement, des volontaires plus jeunes pourront être acceptés sur certains chantiers (par exemple, avec les compagnons bâtisseurs).

Attention, si tu pars à l’étranger et que tu as moins de 18 ans, n’oublie pas de te munir d’une autorisation parentale dont la signature aura été légalisée par la commune.

Une question ?

En matière de chômage, un départ à l’étranger t’empêchera d’être disponible sur le marché de l’emploi, et retardera donc le début de ton stage d’insertion, ou le suspendra. De même, les allocations familiales auxquelles tu auras droit pendant le stage d’insertion risquent donc aussi d'être suspendues pendant la durée de ton voyage.

S’il s’agit d’un stage ou d’un travail à l’étranger, ces périodes pourront, sous certaines conditions, être comptabilisées dans le stage d’insertion.

Une question ?

Billets