Les News Infor Jeunes

Premier achat immobilier

30-05-2017 Logement
Premier achat immobilier

Cela fait un moment que tu es locataire et tu souhaiterais passer le cap de l’achat d’une maison ? Tu n’y vois pas très clair dans toutes les démarches à effectuer ? C’est effectivement un sujet très vaste mais voici un petit résumé qui devrait t’aider !

1) La recherche d’un crédit hypothécaire
Prends rendez-vous auprès de différentes banques afin de savoir combien tu peux emprunter et ce que tu vas devoir rembourser tous les mois. Il est préférable de se rendre dans plusieurs banques pour demander différentes simulations d’emprunts car les taux d’intérêts peuvent varier d’une banque à l’autre.

2) Les frais de l’acte d’achat / « frais de notaire »
Il ne faut pas oublier de prendre en compte les frais de notaire dans ton budget.
Pour prendre un exemple concret (*), pour une maison de 200.000€, ces frais s’élèveraient à environ 29.300€.  Ils reprennent :
 
  • Les droits d’enregistrement : impôt que le notaire collecte pour l’Etat et les régions. Ils varient selon le type d’acte et selon les régions. Pour une vente en Wallonie et à Bruxelles, le taux est à 12,5% du montant de la maison mais il peut être réduit sous certaines conditions (exemple : maison modeste).   (25.000€) 
     
  •  Les honoraires : rémunération du travail effectué par le notaire, fixée selon un barème obligatoire. (2.160€)
     
  • Les recherches et formalités administratives : recherches et formalités que le notaire doit réaliser en vue de la signature de l’acte et qui lui sont imposées par différentes législations. (1.370€)
     
  • La TVA : toutes les prestations réalisées par le notaire sont facturées avec TVA, ce qui implique un coût de 21%, que le notaire perçoit en faveur de l’Etat. (21% de 2.160€=770€)
 
(*) exemple provenant de l’illustration téléchargeable sur la page https://www.notaire.be/acheter-louer-emprunter/1-calcul-de-frais-d-un-acte-d-achat ; dans le cas d’une maison située en Région wallonne ou bruxelloise et sous réserve des éventuelles réductions de frais.
 
Il est possible de faire une simulation du calcul d’un acte d’achat ici : https://www.notaire.be/calcul-de-frais/achat 
 
 
3) La visite de maisons
Ne te laisse pas influencer par ta première impression. Compare bien les aspects positifs aux aspects négatifs. Vérifie que la maison répond à tes besoins et aux normes exigées.
Evite absolument de dévoiler au vendeur ton budget d’achat, il pourrait se servir de cette information à ton désavantage !
 
4) La deuxième visite
Même si tu penses avoir trouvé la maison de tes rêves, il est toujours conseillé de prendre un peu de recul et de ne pas négocier d’emblée. Prends le temps de tout mettre à plat et de faire le tour de tous les points importants. Si après ça la maison t’intéresse toujours, fais une deuxième visite et pose toutes les questions que tu as encore. La présence d’un expert lors de cette visite est toujours intéressante : il aura un avis plus objectif que toi sur la maison, surtout s’il y a beaucoup de travaux à effectuer. 
 
5) L’achat 
Quand tu as trouvé chaussure à ton pied, commence par négocier le prix et faire une offre d’achat. Tu peux aussi acheter ta première maison « sous réserve ». Cela signifie que tu définis un certain nombre de conditions dans le « compromis de vente provisoire », de manière à te donner la possibilité de renoncer à l’achat. L’une des conditions les plus courantes est celle de l’acceptation du crédit hypothécaire pour une date déterminée. Si le crédit n’est pas conclu avant cette date, tu peux encore renoncer à l’achat.

Pour aller plus loin, n’hésite pas à te rendre sur le site www.notaire.be, où tu trouveras plus d’informations notamment sur les prêts, les assurances, etc. 
 

Sources :
 


Domicile et résidence, une double adresse pour les jeunes en garde alternée

18-02-2016 Logement
Domicile et résidence, une double adresse pour les jeunes en garde alternée

Depuis le 15 février, les enfants de parents séparés peuvent avoir deux adresses officielles : un domicile et un lieu de résidence. Pourquoi ce changement ? Qu’est-ce que cela implique concrètement pour le jeune ? Et pour ses parents ?

Auparavant, les enfants en garde alternée ne pouvaient être domiciliés de manière officielle que chez un seul des deux parents, et ce, peu importe le régime d’alternance choisi (une semaine sur deux, les weekends chez l’un/la semaine chez l’autre, etc.). Un tel système engendrait souvent des problèmes lorsque les parents habitaient dans des communes différentes.

Ainsi, le parent « hébergeur » (chez qui le jeune n’était pas domicilié) pouvait voir l’accès aux infrastructures locales (centre sportif, plaine de jeux…) refusé à son enfant. Pour l’administration communale, il était aussi très difficile d’obtenir les informations réelles sur l’identité des personnes vivant au domicile du parent « hébergeur ».

Un registre de résidence pour plus de facilité

Sur base d’un nouvel arrêté (26 décembre 2015), les enfants peuvent donc à présent être inscrits dans un registre national de résidence. Concrètement, le parent « hébergeur » peut faire ajouter au registre de la population, l’identité de l’enfant (ou des enfants) qui réside(nt) chez lui.

Une telle mention permet à l’enfant de bénéficier des mêmes avantages dans sa commune de résidence que dans celle où il est domicilié. Elle permet aussi aux services de secours, si nécessaire, de connaitre le nombre de personnes potentiellement présentes dans le logement. Enfin, l’administration communale peut aussi réévaluer la situation du parent « hébergeur », notamment pour l’attribution d’un logement social.

Attention toutefois, ce registre ne donne aucun droit supplémentaire en matière d’avantages fiscaux ou sociaux. Par exemple, les réductions du précompte immobilier liées à la charge d’un enfant resteront uniquement valable pour le parent chez qui l’enfant est domicilié (et non uniquement résident).

Sources : Arrêté royal du 26 décembre 2015 modifiant l'arrêté royal du 16 juillet 1992 déterminant les informations mentionnées dans les registres de la population et dans le registre des étrangers afin d'enregistrer une information relative à l'hébergement partagé, Article de la RTBF


Grève du rail, comment arriver à mon examen ?

04-01-2016 Logement
Grève du rail, comment arriver à mon examen ?

Ces mercredi 6 et jeudi 7 janvier, c’est grève des trains. C’est aussi la première semaine d’examens pour bon nombre d’étudiants du supérieur. Plusieurs initiatives ont été lancées pour te permettre de te rendre à ton examen sans encombre. En voici quelques-unes.

"Ma portière t’es ouverte"

Les cheminots de la SNCB ont lancé cette initiative pour offrir une alternative aux étudiants qui n’ont pas la possibilité de loger sur place et n’ont d’autres moyens de locomotion que le train. Sous la forme d’un co-voiturage, ils proposent donc de conduire les étudiants jusqu’à leur établissement scolaire durant les deux jours de grève.

Toutes les modalités pratiques sont sur la page Facebook de l’action.

 "Mon kot t’est ouvert"

Des kotteurs ont eux aussi lancé une initiative pour loger les étudiants qui n’arriveraient pas à se rendre à leurs examens lors des jours de grève de la SNCB. Il s’agit d’une page facebook « Mijn KOT staat voor je open – Mon KOT t'est ouvert », qui met en contact les étudiants qui peuvent en accueillir chez eux et ceux qui en ont besoin. A l’heure actuelle, plus de 1000 jeunes ont déjà rejoint la page.

Si tu as besoin d’un logement ou au contraire que tu disposes d’un peu de place dans ton kot, pense à remplir ce formulaire.

Universités mobilisées

Les Universités, Hautes Ecoles et Associations étudiantes ne sont pas non plus en reste. Chacune à son niveau tente de trouver des solutions pour améliorer le confort des étudiants. l'UCL et le Kot Erasmus vont, par exemple, ouvrir des dortoirs la veille et les jours de grève.

Pour connaitre les initiatives prises par ton établissement, pense à consulter leur site ou à contacter les services logement.

Sites de covoiturage

Si, malgré cela, tu n’as toujours pas trouvé de solution, on te conseille de consulter les sites de covoiturage qui rassemblent de nombreux navetteurs. Il t’est possible de faire le trajet pour un montant raisonnable et suivant une plage horaire qui s’adapte à tes horaires d’examens.

Covoiturage - Karzoo  - Carpool. Carpool a d’ailleurs créé une rubrique spécifique pour les étudiants.

 

Attention, cette grève de 48h démarre le mardi 5 janvier à 22h et se termine le jeudi 7 à 22h. Des perturbations sont peut-être à prévoir vendredi également. Prends donc tes dispositions à temps ;)

Initialement, les syndicats avaient prévu 5 jours de grève en janvier avant d'accepter de reporter les grèves planifiées les 21, 22 et 23 janvier à la demande des associations d’étudiants. Elles devraient cependant avoir lieu début février. Reste informé !