Citoyenneté, Justice & Aide à la jeunesse

Il existe principalement deux types d’acteurs en matière d’aide à la jeunesse : les services publics et les services privés.

1. Les services publics

Les services publics sont amenés à intervenir lorsqu’il faut garantir tes droits fondamentaux ou lorsque ta situation implique un contrôle de l’autorité publique. On en dénombre quatre :

  • Les Services d’Aide à la Jeunesse (SAJ) ;
  • Les Services d’Aide de Protection de la Jeunesse (SPJ) ;
  • Les Services d’Accompagnement, de Mobilisation Intensifs et d’Observation (SAMIO) ;
  • Les Institutions Publiques de Protection de la Jeunesse (IPPJ).

2. Les services privés

Les services privés peuvent être de deux natures : d’une part ceux dont l’accès est libre pour toute personne désirant leur aide (principalement les AMO) et d’autre part ceux qui n’agissent que sur demande du SAJ ou SPJ.

Les AMO (services d’Aide en Milieu Ouvert)  t’offrent une aide préventive et individuelle dans ton milieu habituel de vie. Ce service est mis en place pour t’écouter, t’orienter, t’accompagner ou encore te soutenir lorsque tu éprouves des difficultés familiales, scolaires, administratives, juridiques,… Les aides accordées par les AMO sont gratuites, confidentielles, anonymes et non contraignantes.

Si tu veux connaître les différentes AMO proches de chez toi, clique ici.

3. L’aide sociale générale

N’oublie pas que tu peux également te diriger vers d’autres services relevant de l’aide sociale générale, aussi appelés services de « première ligne ». Ils peuvent te venir en aide et te rediriger vers les services spécialisés (publics ou privés) si besoin. Il s’agit notamment des CPAS, de PSE, de centres PMS, des équipes SOS-enfants ou encore des centres de planning familial.

L’aide juridique de 1ère ligne te permet de consulter un avocat gratuitement. Celui-ci te donnera un avis mais ne t’accompagnera pas dans tes démarches juridiques.

L’aide juridique de 2ème ligne te permet d’avoir un avocat qui te sera attribué pour t’assister pendant la procédure, c’est l’avocat  » pro deo « . En fonction de ta situation financière, tu pourras bénéficier d’une gratuité partielle ou totale de l’aide accordée.

Mais quoiqu’il en soit, depuis le 1er septembre 2016, tu dois toujours payer un ticket modérateur à ton avocat (20 € pour une intervention et 30 € par instance de procédure judiciaire dans laquelle ton avocat intervient.

Si tu es mineur(e), tu auras d’office droit à la gratuité totale de l’aide juridique de deuxième ligne (sans ticket modérateur).

Pour plus d’informations, rends-toi auprès du bureau d’aide juridique de ta ville : http://www.avocats.be/fr/bureaux-daide-juridique-baj

icone-citoyennete

Tu n'as pas trouvé toutes les réponses
à tes questions ?

Pose-nous directement ta question ou trouve le centre le plus proche de chez toi...